du samedi 23 au dimanche 24 juillet 2016

du samedi 23 au dimanche 24 juillet 2016 à 19h30

Téléphone : 33 (0)5 34 51 34 66
Mail : contact@thea­tre2­lacte.com

Déviation

samedi 23 et dimanche 24 juillet à 19h30

Festival de musiques mixtes électro-instrumentales
proposé par Les 39 Marches

Deux concerts par jour

Pour cette première édition, le festival Déviation invite Paul Méfano et Gérard Pape, deux figures majeures d’une musique contemporaine hors des sentiers battus.
Le Cercle pour la Libération du Son et de l’Image est un collectif ouvert aux compositeurs et artistes visuels qui ont envie de faire vivre la création libre. C’est un collectif à but non lucratif, fondé sur l’échange d’influences entre les divers artistes et l’entraide dans le but simple de se réunir et de jouer en faisant découvrir ses créations au public. Dirigé lors des concerts par le compositeur et chef d’orchestre Paul Méfano, le CLSI est une formation de 8 compositeurs interprètes jouant chacun sur un ordinateur portable relié à une enceinte amplifiée individuelle.

Les huit postes sont répartis dans la salle, dispersés parmi le public. Le CLSI est le premier ensemble de huit ordinateurs dédié à la musique écrite en France, avec des musiciens de qualité, tous reconnus dans le milieu de la musique contemporaine, et dirigé par un chef dont le talent et la qualité de direction ne sont plus à démontrer.

 

SAMEDI 23 JUILLET

> Stefan Tiedje, ondes mémorielles et Elisa Trocmé, clarinette contrebasse (sous réserve)  – IMPROVISATION (20’)

> Olga Krashenko – MACONDO, Scene 3 – pour deux voix jouant flûte et trombone, et support enregistré (Olga kKashenko, flûte – Gérard Pape, trombone)

> Franck Cantereau et Fabienne Gay – L’INHABITEE (2014, 30’) – Poésie en mouvement pour voix, vidéo & sons
Poursuivant notre recherche sur les rapports du texte poétique mêlé à l’image, aux sons et au corps, nous proposons un univers étrange proche du rêve; ce sont les mots de la poétesse Helga M. Novak, apatride étincelante d’une rude colère qui jailliront : le déracinement, l’errance, le calme fragile agissent comme une dialectique universelle impossible à résoudre.

[courte pause «soupe» pour les affamés…]

> Paul Méfano  – LUFTKLANG (2001, 23’) – pour support enregistré
Paul Klee nous enseigne d’observer l’enfance : des faisceaux gerbes de lumière et d’étincelles se diffusent en convolutions de lentes chutes se confrontent à l’ingénuité si attirante en sa mélodieuse pureté au loin les monts embrasés l’espace et ses craquements d’étincelles, gémissements humains lointains tels des crapauds dans le magma amniotique une volière de cercles colorés superposés en survol des sommets clapotis d’animaux sur et sous les grandes étendues.

> Paul Méfano  – DER GEIER (2010-2012, 10’) – pour voix, alto et bande huit pistes (olga krashenko, alto)
Rodolphe Bourotte, Latifa Le Forestier, Cédric Marcucci – PHASMA (2006-2016, 40’) – pour cordophone, cymbale et informatique sonore et lumineuse
une expérience majeure du silence et de l’obscurité, aux confins du son.

DIMANCHE 24 JUILLET

> Olga Krashenko – DON’T WAKE THE BEAST IN ME (2011, 5’) – pour voix, flûte à bec et accordéon enregistré

> Yannick Guédon  – INFIMIE (2007, 60’) – pour voix
Infimie est une investigation de la mobilité de la voix. Sur une seule et même note, la partition vocale joue d’une mutation continue de timbres. Elle met en jeu une fine déclinaison de points d’articulation de la langue, de voyelles, de consonnes, de résonateurs, et tend à développer un chevauchement progressif de sons.
Ce déploiement de timbres, infime et lent, ne cherche pas de fin et crée, de fait, une échappée continue, une sorte de hors-temps.

> Benjamin Aït-Ali – BALLET (extraits) (2015, 30’) – pour sons fixés et danseuse (danse : claudia flammin)

[courte pause «soupe» pour les affamés…]

> Gérard Pape  – HARMONIES OF TIME AND TIMBRE (2010-2012, 60’) – pour flûte solo et 4 violons + 4 violoncelles enregistrés sur bande huit pistes

> Olga Krashenko, flûte
Leopoldo Siano, dans son article sur «Harmonies of time and timbre» :  «… le flûtiste, un vagabond prométhéen passant à travers un cosmos sonore déconcertant, poursuit de façon héroïque son voyage aventureux à la recherche de l’Inconnu.»
Il cite également Héraclite : «L’harmonie cachée est meilleure que celle qui est apparente […] L’harmonie la plus magnifique est née des différences. Toutes les choses sont nées de la discorde.» 

Participation libre

Chaque jour, ces 2 concerts seront entrelacés d’une soupe conviviale !

 

 Déviation recad