Téléphone : 33 (0)5 34 51 34 66
Mail : contact@thea­tre2­lacte.com

Festival Hybrides 2010 #10

samedi 17 avril 2010 à partir de 15h

PERFORMANCES

OPUS 1

15h

Cie Flagrants désirs (Toulouse)

Résumé

OPUS 1 est le pre­mier objet au sein d’un tra­vail d’inter­ro­ga­tion des nou­vel­les écritures scé­ni­ques, en par­te­na­riat avec le GMEA et la Maison de la Musique.

Ce projet, appelé – À partir de quand la méta­phore n’est plus pos­si­ble – va se déve­lop­per sous la forme de dif­fé­rents opus, allant du mono­lo­gue de théâ­tre, ou du solo de danse à des repré­sen­ta­tions à plu­sieurs comé­diens, le but étant d’asso­cier dès le départ en – les comé­diens, por­teurs de texte, de mou­ve­ment et de danse, donc de son et d’espace – et hors – la lumière, le son et la musi­que, la vidéo- .

Ce pre­mier opus est tra­vaillé à partir de textes de Jan Fabre, sur l’image et le fan­tasme que véhi­cule la femme dans notre société actuelle. Un corps-acteur qui ins­talle sa pré­sence en tant que modèle au milieu du silence et du vide. Un corps-objet, obsédé par la beauté, qui désire et qui ins­pire le désir. Un corps-animal, mor­celé et mis en pièce, mis à mal par la répé­ti­tion. Un corps, tra­versé de lois socia­les, qui se révolte contre l’ordre et le pou­voir.

Distribution

Avec : Caroline Bertin.
Mise en scène, son et vidéo : Hervé Taminiaux.
Chorégraphie : Nataly Aveillan.
Lumières : Jean-Louis Carausse.
Régie Générale : Jean-Émile Roturier

Clone

16h

La télé­vi­sion a façonné mon incons­cient et y a insi­nué la peur.

Pour y faire face j’ai adopté l’image unique et la pensée unique. La vérité a surgi de l’écran comme un hor­ri­ble men­songe répété un mil­lier de fois

Rajae Idrissi (Toulouse)

Un camé­leon contra­rié

17h

Des sacs plas­ti­que, bleus, rouges, verts… Il y en a trop ou pas assez. Ensuite un corps, qui se forme et se déforme dans cette matière haute en cou­leur.

Julien Charrier (Toulouse)

Basculement

18h

Un rituel. Pour tou­jours.

Mais quel­que chose bas­cule.

Vers le meilleur ou vers le pire, on ne sait pas.

Juste le moment précis où une chose s’arrête, avant … ?

Sonja Berg (Toulouse)

La mélan­co­lie

19h

2 femmes, 2 visions.

Objet cor­po­rel et visuel.

Dans la pensée anti­que la mélan­co­lie était consi­dé­rée comme une source de génie et de folie qui pro­vo­que­rait une tris­tesse.

Dans nos socié­tés actuel­les elle est réduite à une simple patho­lo­gie, un état dépres­sif. (signi­fi­ca­tion pro­po­sée en par­ti­cu­lier par la psy­cha­na­lyse)

Une cham­bre. Un lit. Seule.

Où sont passés les rêves, les dou­ceurs, les folies, dans ce monde actuel où règne l’impé­ra­tif du self-control ?

Même la tris­tesse y a été bannie…

Ici le corps expulse, tra­duit, exprime.

L’image apporte sa vision, une autre pos­si­bi­lité.

Krista Sené photographe-vidéaste (Toulouse) Florence Baudet comédienne.

La Gorge du Marteau

20h

Performance Poésie/Musique

Laurent Jarfer et Ilan Kaddouch réin­ven­tent une pra­ti­que du poème où se trouve réta­bli le lien ances­tral qui unis­sait déjà l’ora­lité du texte poé­ti­que et la musi­que du temps de la tra­gé­die anti­que. Leur tra­vail vise à repen­ser le rituel que doit cons­ti­tuer l’« évènement poème ».

La gorge du mar­teau ins­taure ce dia­lo­gue néces­saire où la voix et le corps du poème pro­cè­dent tout autant du rythme du texte dit que de celui de la créa­tion musi­cale.

Et ce poème
que je vous offre en tour­nant
entre déjà dans la ville
comme une cré­celle neuve
annon­çant le retour de vos futurs chants de gorge

Laurent Jarfer, texte-voix Ilan Kaddouch, composition-piano-électronique

Bunker

21h

Installation-déambulation Par le collectif Cocktail (Toulouse)

Cela com­mence comme un conte célè­bre, celui de Blanche-Neige. Bunker nous fait passer par l’uni­vers oni­ri­que du conte afin d’expri­mer des conte­nus obs­cè­nes pour les­quels la men­ta­lité col­lec­tive n’a pas de mots : l’inceste et plus lar­ge­ment la vio­lence au cœur de la famille.

Comment l’art peut-il dévoi­ler au monde ce qu’il y a de plus enfoui dans notre société ?

Les artis­tes nous immer­gent dans un uni­vers fra­gile et trou­blant. L’enfance vic­time : sa magie, son mys­tère et son drame. Les spec­ta­teurs sont amenés à cir­cu­ler et regar­der par de peti­tes fenê­tres à l’inté­rieur de « boîtes-mai­sons ». Entrer dans l’inti­mité, rester à l’écart ? Le col­lec­tif nous invite ici à choi­sir notre place, comme spec­ta­teur…et comme indi­vidu. Issu de la ren­contre entre pra­ti­ciens de divers hori­zons, Cocktail tra­vaille sur la trans­ver­sa­lité des pra­ti­ques.

Ecriture et mise en scène : Claire Balerdi
Avec : Bahijja El Amrani, Clément Defrain, Olivia Gregoroiu, Chloé Astor, Maud Blandel, Eliane Vigfneron, Xristine Serrano, et la voix de Oliviero Vendramimiento.
Vidéo : Eliane Vigneron
Musique : Clément Defrain
Costumes et mas­ques : Jennifer Chabaudie
Scénographie : Claire Balerdi, Jennifer Chabaudie