Téléphone : 33 (0)5 34 51 34 66
Mail : contact@thea­tre2­lacte.com

LE PIXOPHONE TRIO

Le vendredi  22 Octobre 2011

Dans le cadre d’Influx# 2

Dédié à des mani­fes­ta­tions de musi­que, de danse et de vidéo qui reven­di­quent la place éminente (et fon­da­trice) de l’impro­vi­sa­tion “libre” dans le pro­ces­sus de créa­tion, le fes­ti­val influx #, orga­nisé par l’IREA, s’engage aussi à rendre plus intel­li­gi­ble l’his­toire et les ambi­tions de cette démar­che artis­ti­que. Et ceci par le contact et l’échange avec les artis­tes eux-mêmes. Ainsi au-delà des concerts et per­for­man­ces, des confé­ren­ces et des tables rondes s’ouvri­ront à la mise en pers­pec­tive des pro­blé­ma­ti­ques liées à ces pra­ti­ques créa­tri­ces inno­van­tes.

Trois temps ponc­tuent cet événement

  • Le vendredi 22 octobre 2010 au theatre Le Ring à Toulouse,
  • Le 3 décembre 2010 à la librairie Ombres Blanches de Toulouse : duo de Thomas Lehn et Paul Lovens,

A la conquête de nou­veaux espa­ces sono­res et visuels, dans la libé­ra­tion de l’écoute et du regard !

Le Pixophone Trio

Dispositif audio visuel créé par :

Michel Doneda : saxo­pho­nes soprano et sopra­nino, électronique
Guillaume Blaise : per­cus­sion
Pierre-Olivier Boulant : pro­jec­tion d’images faites au sté­nopé

C’est une vraie machine à voya­ger assis, les yeux et les oreilles grands ouverts, que nous pro­po­sent ces trois artis­tes, créa­teurs sans fron­tiè­res d’inven­tions sono­res et visuel­les, défri­cheurs auda­cieux de ter­ri­toi­res inconnus et de temps nou­veaux.

 

Les images-temps de Pierre-Olivier Boulant se déploient sui­vant un plan tou­jours unique et secret, sans nar­ra­tion sté­réo­ty­pée, tou­jours ani­mées par l’inat­tendu de leur force poé­ti­que dans le cha­toie­ment des ombres et des lumiè­res.

Avec leurs ins­tru­ments, Michel Doneda et Guillaume Blaise ouvrent un espace sonore tour à tour précis et évanescent, fait de tex­tu­res, de souf­fles, de bat­te­ments sen­si­bles. Rien ne s’impose à l’audi­teur appelé à deve­nir un acteur actif et rêveur de ce voyage qui n’a pas de des­ti­na­tion pré­conçue.Puisqu’il n’y a pas de but, seul compte le chemin, avec ses tra­ver­ses, ses laby­rin­thes, ses bifur­ca­tions, vers l’enchan­te­ment de la décou­verte.

http://www.lepixo­phone.net/

Avec En 1ère partie : hom­mage à Roberto Juarroz

J-M Richon : texte , corps, son, lumière

« Depuis quel­ques années, j’apprends des textes de Roberto Juarroz . Et j’impro­vise avec la Fanfare de la Touffe, les musi­ciens de L’IREA, et d’autres venant d’ailleurs. À partir de ces textes, nous avons créé un duo avec Nicolas Desmarchelier. Aujourd’hui, c’est en solo que je vous convie à cet hom­mage. »
Jean Marc Richon.