Téléphone : 33 (0)5 34 51 34 66
Mail : contact@thea­tre2­lacte.com

LE POEME & MATERIAUX

samedi 23 juin 2012 à 17 h 30 & 20h30

ring2_1_-79fe5LE POEME : BÜCHNER, CELAN, 17h30

Avec Michel Bousseyroux, Christine de Camy, François Dutrait, Sébastien Lange, Jacqueline Patouet.

Ce qu’est le poème ? Pour Paul Celan : une éthique de la poi­gnée de main. Ni plus ni moins. « Seules des mains vraies écrivent de vrais poèmes. Je ne vois pas de dif­fé­rence de prin­cipe entre une poi­gnée de main et un poème. »

C’est vrai aussi de Georg Büchner. Seules des mains vraies ont pu écrire Lenz et Woyzeck. Car Büchner n’est pas qu’un auteur dra­ma­ti­que. Büchner est un poème. Une poi­gnée de main donc, que Celan, lau­réat 1960 du prix Büchner, reçoit. Et donne.

Alors, incom­pré­hen­si­bles les poèmes de Celan ? Pas pour la main de l’autre qu’ils ser­rent.

Textes extraits des oeuvres de jules Laforgue, paul Gadenne, roger gilbert Lecomte, guy Debord, jean-pierre Dupuy, edgard Morin, marcelline Desbordes-Valmore, svletana Alexievitch, T.C Mac Luhan… et des écrits des participants

 

« MATERIAUX » BÜCHNER, 20h30

Un tra­vail de recher­che avec des comé­diens ama­teurs, conçu et mis en scène par Sébastien Lange. Avec : Suzanne Da Cruz, Valentine Delcros, Denis Mergault, Nathalie Montel et Clémence Tisserand.

Un tra­vail d’ate­lier à propos de Woyzeck, le sui­cidé-assas­sin, d’après un poème de Georg Büchner.

Il est bête Woyzeck , il court comme un dératé Woyzeck, il fait trop de bruit quand il marche Woyzeck, il se rebelle et ne dors plus Woyzeck, il rase trop vite son capi­taine et ne sais pas danser Woyzeck, il est cocu Woyzeck, il ne gagne rien et par­fois il est gai Woyzeck, il n’en fait qu’à sa tête Woyzeck !

Woyzeck est un bougre inquié­tant, sa pré­sence désé­qui­li­bre tout le monde car il tourne sur lui-même comme une toupie, tou­jours plus, tou­jours plus !

Il n’est qu’un détail de l’huma­nité Woyzeck, mais un détail qui a quel­que chose de réel et que notre regard de spec­ta­teur devra sou­te­nir jusqu’au bout pour per­met­tre que le poème se fasse, et il n’y a que l’humour pour sou­te­nir ce regard.