mercredi 5 au samedi 8 décembre 2018 20h

mercredi 5 au samedi 8 décembre 2018 20h

SHISHIGAMI

SHISHIGAMI

Compagnie Nanaqui
du mercredi 5 au samedi 8 décembre 20h

Ce nom japonais est emprunté à Miyazaki, c’est le dieu cerf du film « Princesse Mononoké », dieu de la nature à ramure de cerf et visage humain.
Où en sommes-nous de notre rapport à la nature ? 
Pierre, un artiste plasticien est en attente d’une greffe du cœur ; au cours de son parcours il croise diverses personnes engagées dans des luttes environnementales qui vont bouleverser son rapport aux autres et au monde.
La question de notre insertion dans un monde en péril circule à travers plusieurs modes d’expression, théâtre, vidéo, conférence, récit de vie…
Une tentative pour rendre au théâtre sa fonction essentielle dans la cité.
Qui a dit politique ?


avec
Marie-Charlotte Biais, Audric Chapus, Marcelino Martin-Valiente, Mikal Vidal-Astrié, avec la participation de Kaman Camara
textes, mise en scène, vidéo Céline Astrié
scénographie par les étudiants de la section DTMS du lycée Urbain Vitry
lumières Xavier Lefrançois

co-production : le pôle les Bazis, arts vivants en Couserans, Mix’art Myrys, Théâtre le Ring
partenaires : le théâtre Jules-Julien
soutiens : la Région Occitanie, Le Conseil Départemental 31, La Ville de Toulouse, la Spedidam 

tout public – durée 1h45

Autour de la création théâtrale « Shishigami » de Céline Astrié, la Compagnie Nanaqui a décidé d’organiser la cinquième saison des conférences indisciplinées :

vendredi 7 décembre  à 18h – Conférence # 17
Anthropocène, effondrement : en quoi les luttes « ZAD » sont-elles des réponses ?
Intervention par Christophe Bonneuil

Christophe Bonneuil est historien des sciences, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre Alexandre-Koyré de recherche en histoire des sciences et techniques (unité mixte de recherche CNRS – EHESS). Son travail porte sur les transformations des rapports entre science, nature et société de l’âge de Charles Darwin à aujourd’hui.

samedi 8 décembre à 17h – Projection

« L’intérêt général et moi » de Sophie Metrich et Julien Milanesi

Notre Dame des Landes, LGV Sud-Ouest, autoroute A 65 : trois grands projets d’infrastructures mis en œuvre au nom de l’intérêt général et qui ont suscité de très importants mouvements de contestation. Une question se pose : comment, au juste, se forge aujourd’hui en France cette notion d’intérêt général ?
Les réalisateurs ont mené l’enquête en allant à la rencontre des protagonistes de ces controverses : représentants des mouvements citoyens engagés contre ces projets, élus qui les combattent ou les soutiennent, hauts fonctionnaires impliqués dans les décisions, journalistes qui rendent compte de ces conflits. Un film qui interroge le fonctionnement de notre démocratie.

 BD_nveauvisuel_Shishigami_©AudricChapus 1

Ecouter…
dans le mag culturel L’impromptu animé par Monique Blanquet, sur Radio FMR, du jeudi 8 novembre, l’interview de Céline Astrié (cie  Nanaqui) pour la dernière création programmée dans LIBRE à Mixart Myrys et au Ring.