Les Objectifs

L'acteur au présent

Une formation, une aventure….

Accoler ces deux mots peut sembler un paradoxe, former implique de donner des méthodes, voire des recettes, d’enseigner comment faire, voire de promouvoir un style, ou un mode de jeu s’il s’agit du théâtre.
Quant à l’aventure,elle semble consonner avec l’inattendu, l’imprévisible et l’incertain.
Nous sommes au théâtre, dans une expression qui aujourd’hui s’en est annexée d’autres, danse, image, musique, chant, cirque, performance… la pluralité des langages se mélange aujourd’hui dans ce qu’il est convenu de nommer de ce terme sans saveur « le spectacle vivant ».

objectifs-formation

(Cliquez sur les titres ci-dessous pour accéder aux textes.)

  • Un invariant pourtant : le couple acteur/spectateur, il y a qui agit et donne et qui regarde, écoute et reçoit, et même lors de moments « interactifs ».

    Notre cycle contient un socle d’exercices fondamentaux portant sur les données qui fondent ce fameux rapport :
    - saisie de l’espace et du temps,
    - écoute vis à vis du partenaire,
    - présence,
    - découverte et maîtrise des types d’énergie,
    - savoir donner et recevoir.
    Mais il s’agit plutôt d’épreuves que de savoirs, l’acteur devant être capable de se réinventer à chaque fois dans son geste créateur.
    Car c’est de création qu’il s’agit et ce que ce cycle vise à réussir c’est d’inviter le stagiaire à découvrir sa créativité personnelle.

  • Ceci posé,cette ouverture n’est pas qu’affaire individuelle et le chemin à parcourir requiert tout un groupe où chacun est solidaire de chacun, le théâtre est œuvre commune et la conscience active du partenaire y est essentielle.
    En résumé, ce dont il s’agit est un parcours d’expérimentations qui vise à aiguiser les ressources du stagiaire à chaque fois confronté au défi du « faire » dans le territoire  spécifique de chacun des différents modules.
    Chaque approche a son originalité, sa différence et le passage de l’une à l’autre constitue une richesse pour le stagiaire qui peut deviner ainsi sa propre voie.
    Cette diversité est stimulante pour l’imagination pratique du futur acteur lorsqu’à l’issue de la formation,il devra choisir son orientation et dans quelle direction il élaborera ses propres travaux.

  • Cette pluralité de pratiques comporte cependant une dimension commune ; le corps est posé comme le moteur essentiel de la recherche, qu’il s’agisse du texte, de l’image, de la voix, du mouvement ou du rapport à l’objet.
    Cela ne signifie pas pour autant que soit évacuée la dimension sociale, politique ou philosophique du « théâtre », bien au contraire.
    En amont, du reste, le corps est aussi bien modulé par les forces sociales extérieures qu’agissant en retour sur ces forces.
    Et, en aval, le texte, ou plus largement l’argument dramatique porteur de situations, constitue l’arène où doit s’exercer l’intelligence et l’esprit d’analyse qui orientera en retour le travail du corps.
    Ainsi la primauté donnée aux pratiques corporelles n’exclut pas la réflexion sur les enjeux des propositions artistiques travaillées. L’acteur doit être conscient de la portée de son geste dans le moment et l’environnement de son inscription.

  • Cette traversée demande essentiellement à qui s’y risque engagement et confiance.
    Cela signifie à l’autre bout que le « formateur » se considère davantage comme un chercheur en exercice dans un processus vivant qu’un enseignant classique.
    Ce voyage sera réussi dans la mesure où le stagiaire en sortira non pas blindé de certitudes, mais aura découvert sa propre fragilité, avec une ouverture d’esprit qui le rendra apte à aborder la création sous toutes ses faces, même inconnues, avec l’humilité de qui est prêt à réinventer son regard et imaginer chaque fois une nouvelle réponse aux défis posés par l’œuvre qu’il aura à aborder.

  • Pour cette exploration, il sera guidé par des artistes qui ont chacune et chacun une réelle expérience pédagogique et sont surtout immergés depuis longtemps dans la création, tantôt comme interprètes, ou chorégraphes, tantôt impliqués dans la mise en scène ou les pratiques d’improvisation, ce qui les dispose à accompagner le stagiaire dans cette disponibilité « exigeante » que demande l’élaboration d’un geste artistique.

  • Nous avons mis en place une sensibilisation aux technologies numériques qui sont de plus en plus présentes dans le contexte du spectacle vivant car il est primordial d’apprendre à se poser la question du sens et de l’exigence à donner à cette intégration. Ceci en rapport direct avec la façon dont ces technologies affectent nos corps, nos pensées, nos actes et imprègnent nos vies et relancent du fait même des questions de fond au niveau social, politique, économique, anthropologique et philosophique.

  • - Un groupe vivant ensemble de novembre à avril :
    Repas pris en commun, tâches collectives, discussions de groupe, responsabilisation.

    La vie dans un théâtre en activité :
    Le contact avec des professionnels, la possibilité d’assister gratuitement aux spectacles des équipes invitées, les entretiens organisés avec les metteurs en scène et les acteurs présents.
    La possibilité d’acquérir des bases de régie lumière et son et régie de plateau.
    L’information sur les données administratives de la profession.

    L’accès à une bibliothèque élémentaire :
    Le Ring met à disposition un certain nombre d’œuvres dramatiques et d’essais critiques et théoriques sur les arts de la scène.
    Par ailleurs, une relation sera créée avec le Conservatoire d’Art Dramatique de Toulouse, donnant accès au fond de livres et de vidéos sur le spectacle vivant.

    Un fond d’accessoires et de costumes :
    Un espace de stockage qui contient une grande quantité de costumes de tout ordre et divers accessoires utiles pour les études et les travaux des stagiaires.

    Un ordinateur à disposition :
    Accès à Internet et possibilité d’imprimer des documents.

Pour retrouver les modules proposés dans cette formation, cliquez ici.
Pour avoir des informations sur les formateurs, cliquez ici.